Huile avec une réelle emprunte

Nouvelles

10 / 03 / 2016

Nous sommes dans la dernière ligne droite des journées organisées par l’Université Autonome de Barcelone, sous le titre de « Le Régime Méditerranéen et la Santé ». Dans l’article d’aujourd’hui, nous nous concentrerons sur des données numériques qui vont définir les bénéfices de l’huile d’olive extra virgen dans nos esprits cartésiens.
Le docteur Fernando López Segura, médecin interne de l’Hopital Universitaire Reina Sofia de Cordoue, et grand expert du Régime Méditerranéen, a commencé son exposé en mettant en avant l’efficacité de l’huile dans la prévention et le traitement de l’artériosclérose. Nous vous rappelons qu’une grande partie de l’étude réalisée montrent l’efficience du Régime Méditerranéen par rapport aux régime « Faible en Matières Grasses » proposés par de nombreux diététiciens dans les pays anglo-saxons. Or, il a été démontré que le régime méditerranéen riche en huile virgen extra n’est pas seulement capable de baisser les niveaux de mauvais cholestérol, mais est le seul à augmenter les niveaux de cholestérol protecteur (HDL). Selon Lopez Segura, « le HDL est le meilleur indicateur de santé cardiovasculaire qui existe, et, malheureusement, nous n’avons aucun médicament qui soit capable d’augmenter sa présence dans le sang de façon saine. A l’inverse, la DM riche en huile extra virgen arrive à l’augmenter. Si nous ajoutons à cela une activité physique et une consommation modérée d’alcool, de préférence du vin, nous aurons le modèle parfait pour avoir un cœur sain ».
Nous avons dit que nous allions donner des chiffres pour satisfaire nos âmes cartésiennes. Selon Lopez Segura, « dans des études réalisées pendant plus de 35 ans, nous avons résulté que les personnes qui ont maintenu à 80 leur niveau de HDL, aussi haut qu’était leur mauvais cholestérol (LDL), n’ont pas développé d’infarctus. Ceci est simple et catégorique ». Le problème est que, chaque jour, nous mangeons un peu plus mal, « pour des raisons environnementales ou de mauvaises habitudes, chaque jour nous devenons un peu plus gros et faisons moins d’exercices ». Tout cela n’influe pas seulement sur le cholestérol mais aussi sur le diabète, l’hypertension… Il est démontré que dans ces pathologies, il y a un composant génétique très important. Par exemple, 50% des enfants venant d’une famille diabétique seront diabétiques. Et si le père ou la mère l’est, ce pourcentage augmente à 90%. Continuons avec les chiffres. En Espagne, entre 5 et 10% de la population est diabétique. Selon Lopez Segura, « ce 10% de diabétiques consomme 50% des ressources sanitaires du pays. Imaginez. Par conséquent, l’important est de réussir à réduire ce ratio. Grâce à la consommation d’huile d’olive virgen extra, la production d’insuline diminue car une si grande quantité n’est pas nécessaire pour maintenir l’équilibre de glucose dans le sang. Ceci est accepté jusqu’à ce que, dans les cas de diabète sévère où le patient est alimenté artificiellement, 50% des calories qu’il ingère sont administrées sous forme d’huile d’olive, car c’est plus sain ».
Parlons à présent de l’hypertension. Selon l’étude exposée par le Docteur López Segura, « 50% des personnes de plus de 50 ans souffrent d’hypertension. Nous le savons depuis plus de 30 ans : la réduction du sel nous aide à contrôler l’hypertension mais à présent, il est aussi prouvé que l’huile influe sur sa réduction. Des personnes saines à qui l’on administre du DM riche en huile d’olive réduisent leur tension et, quand ils arrêtent ce régime, le niveau remonte. Averroes (médecin, juriste, philosophe et astronome andalou d’origine arabe) nous disait déjà que l’huile d’olive virgen, quand elle n’a pas été altérée, peut être parfaitement assimilée par le corps humain. C’était un compliment pour l’huile qui s’est présentée comme un grand allié pour lutter contre de nombreuses maladies. La population ne veut pas de médicaments qui baissent le cholestérol ou le sucre. Ils veulent vivre de nombreuses années en bonne santé. Pour y parvenir, il faut lutter essentiellement contre l’oxydation. Et l’huile d’olive, l’authentique huile, prévient l’oxydation, en autres les poli-phénols qu’il contient. De plus, si le mauvais cholestérol ne s’oxydait pas, il ne produirait pas l’artériosclérose. L’oxydation est aussi responsable du diabète, des maladies auto-immunitaire, des rhumatismes, ou des cataractes… » .
D’autre part, selon le Docteur Lopez Segura, « nous savons de sciences sûres que lorsque les graissent et la protéine animale que nous ingérons s’enracinent, des lipo-peroxydes se créent. Autrement dit, notre organisme s’oxyde. Or, l’huile d’olive est la meilleure graisse végétale pour contrer ces effets négatifs, grâce à son grand pouvoir antioxydant ». En résumé, il faut réduire la consommation de graisses animales à faveur de l’huile d’olive virgen extra. Le Docteur López Segura, comme une grande majorité des diététiciens, recommande que 30% des calories qui entrent dans notre organisme soient grasses. « Si nous choisissons l’huile d’olive, cela représenterait une consommation d’un litre et demi par mois, et par conséquent, un cout d’environ 6 euros par mois. Un prix parfaitement accessible si nous prenons en compte ce que nous économisons en médicaments grâce à cet aliment miraculeux qui contient des poli-phénols, grand protecteur de notre organisme ».

  Menu