Huile avec une réelle emprunte

Nouvelles

11 / 02 / 2016

Davantage d’huile d’olive = un cœur en meilleure santé. L’HOVE (huile d’olive virgen extra) a été l’étoile de la table des médecins et chercheurs convoqués à l’Université Autonome de Barcelone, sous le titre « le Régime Méditerranéen et la Santé ». L’événement, célébré dans la salle Aula Magna de l’Hôpital de Sant Pau de Barcelone, a souligné les multiples propriétés préventives et curatives de l’HOVE, contre les maladies cardiovasculaires, le cancer, le diabète ou les infections gastro-intestinales, entre autres.
Dans l’espace d’informations de Diezdedos, nous allons exposer les conclusions apportées par les experts les plus pertinentes, de façon à proposer un compromis avec la santé à travers l’alimentation.
Le cadre d’experts a apporté des informations d’une valeur incalculable. Le Docteur José López-Miranda, spécialisé en Médecine Interne, professeur à l’Université de Cordoue et Directeur Scientifique du CEAS (Centre de Recherche d’Excellence Huile d’Olive et Santé), entre autres, a exposé les principales découvertes de l’étude Cordioprev, réalisée sur des patients qui avaient eu un infarctus aigu du myocarde. Nous rappelons que les lésions cardiovasculaires (cardiopathie coronaire et maladies cérébro-vasculaires), sont la principale cause de mort tant en Espagne que dans le reste du monde. Le Cordioprev a étudié les effets provoqués par le régime méditerranéen, riche en aove, dans l’évolution des maladies face aux effets d’un régime faible en graisses et riche en hydrates de carbone que promeuvent les institutions scientifiques américaines.
Il est bien connu que les pays du bassin méditerranéen ont moins de pathologies cardiovasculaires que les pays du nord de l’Europe mais, en plus, cela est à l’inverse associé à la consommation d’aove. Avec une plus grande consommation de graisses mono saturées, l’incidence par rapport aux maladies cardiovasculaires sera moindre. Plus récemment, en unissant les grandes recherches épidémiologiques, le RM (Régime Méditerranéen) riche en aove a aussi montré qu’il ne réduisait pas seulement la mortalité dues aux maladies cardiovasculaires, mais aussi au cancer et l’incidence par rapport aux maladies neuro-dégénératives qui ont un lien avec l’inflammation cellulaire, un des symptômes qui s’améliore avec la consommation d’aove et de fruits secs, dans ce derniers cas dans de moindres mesures.
López Miranda a introduit les résultats de la recherche en rappelant que « tout au long de notre vie, nous allons abîmer l’intérieur de nos artères que ce soit par l’oxydation des particules de LDL (cholestérol) ou par la lésion du endothélium, le recouvrement intérieur des artères dans lequel se base notre système d’anti coagulation et notre fonction vasomotrice. Cette dégénération va nous apporter un dysfonctionnement des artères, l’artériosclérose, et l’inflammation de ces dernières. Et nous savons aujourd’hui que seules les personnes touchées par une maladie cardiovasculaire peuvent développer un infarctus. Or, l’Etude Cordioprev a démontré que ces lésions peuvent être stoppées grâce à la consommation d’aove. Et plus la quantité de composants phénoliques (poli-phénols) que contient l’aove est élevée, plus le bénéfice pour la santé sera grand. Le recul des lésions s’est aussi vérifié, ainsi que le fait que la consommation d’aove entraîne la création d’un plus grand nombre de cellules mères dans notre moelle osseuse, qui sont celles qui repèrent cellulairement ces lésions. Ceci est un autre point très important, car nous savons que ces patients qui ont davantage de problèmes de régénération de leurs artères sont les plus sujets à des risques cardiovasculaires. Et pour finir, il a aussi été démontré que l’aove réduit les indicateurs de maladies cardiovasculaires ». Et c’est lorsque les artères s’abiment, elles libèrent des microparticules endothéliales qui se remarquent lors de la réalisation d’analyses. Au contraire, la consommation d’aove va allonger la durée de vie des cellules endothéliales. Le régime occidental, basé sur les hydrates de carbone et les graisses animales, multiplie par onze le processus inflammatoire en général. C’est une chose qui ne se produit pas avec le RM basé sur l’aove. Une autre conclusion de cette étude soulignée par le Docteur Lopez-Miranda est « qu’ aujourd’hui, nous savons que l’origine de l’infarctus aigu du myocarde est le décollement d’une partie de cette plaque qui recouvre l’endothélium, ce qu’on appelle plus communément un thrombus, qui finit par obstruer le passage du sang et cet événement dépendra de l’activité pro thrombotique et anti-pro thrombotique du plasma. Nous avons également découvert que nous pouvons moduler cet équilibre avec le RM riche en aove ». Ces malades du myocarde développent aussi des maladies comme le diabète, ce qui est lié à la détérioration des processus cognitifs… Presque 80% des patients qui ont eu un infarctus ont le métabolisme du sucre endommagé. Plus de la moitié ont du diabète ou sont en processus de diagnostic. Et les 30% restants sont pré-diabétiques, c’est-à-dire qu’ils ont tendance à développer la maladie. C’est une des conclusions secondaires qu’a rendu Cordioprev. Mais, selon le Docteur Lopez-Miranda, est en train de se mettre en place un « passage, si dans d’autres études précédentes, le bénéfice du RM riche en aove pour le contrôle de diabète avait été vérifié, nous avons démontré dans l’étude Cordioprev, après quatre années de contrôle, que le RM riche en aove a les mêmes effets qu’un médicament hypoglycémiant (anti diabète), et le plus important est qu’il module surtout un des facteurs les plus importants dans le développement du diabète : la production d’insuline dans le pancréas ». Bien que le pancréas soit capable de produire de l’insuline pour compenser la glycémie, il n’y a pas de problème, sauf pour les diabétiques, car il arrive un moment où le pancréas commence à mal fonctionner. Selon Lopez-Miranda, à la différence des médicaments, « le RM riche en aove est capable de réactiver les cellules beta du pancréas que sont les productrices d’insuline. Mais de plus, il a été démontré scientifiquement pour la première fois dans l’histoire qu’avec le RM riche en aove, nous améliorons aussi la condition des malades qui souffrent d’une résistance musculaire et hépatique à l’insuline. Autrement dit, ceux pour qui l’insuline a le même effet avec le temps ». Il a été démontré que, en partie, nous devons cela au fait que l’aove améliore la micro biotique, (les micro-organismes qui sont utilisés lors de la digestion). Autrement dit, c’est par la voie du RM riche en aove que nous avons amélioré la santé sans les terribles effets secondaires des médicaments.

  Menu